Londres vs Paris : la colocation est-elle vraiment si différente de l’autre côté de la Manche ?

Paris et Londres font partie des capitales les plus prisées par les étudiants et les jeunes actifs, aussi bien pour le style de vie qu’elles proposent que pour leurs opportunités de travail. Cependant, malgré les deux petites heures qui séparent les deux villes en Eurostar et les liens très forts qui les unissent, Londres et Paris ne se vivent pas exactement de la même manière. Et pour bien s’en rendre compte, il suffit de vivre en colocation : en effet, quelques jours dans votre « shared flat » londonien vous feront vite réaliser les différences qu’il peut exister entre les colocations d’un côté et de l’autre de la Manche. Pour partir mieux préparé, voici tout ce qu’il faut savoir.

Entre Londres et Paris, des prix pas tout à fait comparables

En effet, avant de vous lancer dans la recherche du plus bel accessoire sur Oxford Street et d’aller goûter une part de carrot cake dans les food markets de Camden Town, il faudra vous rendre à l’évidence : Londres est une ville deux fois plus chère que Paris. Et, forcément, cela se ressent dans le prix des logements. En effet, la plupart des Londoniens de moins de 40 ans vivent en colocation, principalement pour des raisons budgétaires.

À Paris, une chambre en coloc’ dans des quartiers plus ou moins périphériques comme le 12e, le 20e ou le 18e arrondissement, coûte 557 euros en moyenne. Une chambre en coloc’ à Londres coûte environ 75% plus cher. Vivre dans la Zone 1 de la capitale anglaise coûte ainsi 1120 euros en moyenne, et les loyers les moins chers restent à 700 euros dans les secteurs les plus excentrés.

giphy-1

Autant dire que, si l’on prend l’échelle londonienne, les prix parisiens sont presque ceux d’une petite ville de province ! Commencez donc à faire des économies si vous souhaitez profiter au mieux du Swinging London.

La colocation à Londres : des particularités bien anglaises

Lors de votre arrivée à Londres, il n’y a pas que le prix de la chambre qui risque de vous surprendre. En effet, le fonctionnement de la colocation et des démarches administratives n’est pas toujours le même qu’à Paris, et, s’il s’agit parfois de petits détails, mieux vaut tout savoir en amont pour ne pas être perdu ou surpris lors de votre recherche d’appart.

La première chose est que, contrairement à la France, les loyers se calculent a Londres par semaine et non par mois – ne criez donc pas toute de suite de joie si vous trouvez un appartement à « seulement » 150 livres de loyer ! Les charges parisiennes typiques, comme l’eau ou l’électricité, ne sont également pas toujours incluses dans le loyer.

giphy-4

À l’inverse, l’électricité se paie avec ce qu’on appelle une « card meter » qui vous permet de charger de l’argent sur le compteur. Autre petite surprise que vous risquez d’avoir en cherchant votre appart : vous vous retrouverez parfois en coloc… avec le propriétaire ! Eh oui, quand on vous dit que le logement est dur pour tout le monde. giphy-3Enfin, sachez qu’à Londres, ce n’est pas une chambre qu’on loue, mais un lit. Il en existe ainsi plusieurs types, à des prix différents : « single », « double » ou « en-suite » (avec salle de bain privée).

Où est-il plus difficile de trouver une chambre en coloc ?

Paradoxe de la recherche de logement, c’est à Londres que vous trouverez plus facilement une chambre en coloc. Malgré les prix, la capitale anglaise pose beaucoup moins de contraintes juridiques autour de la location, tandis que la législation française accorde des droits très importants au locataire. Vous ne serez donc pas obligé de fournir autant de pièces justificatives à Londres qu’à Paris, où la recherche d’un appart peut parfois durer des mois. Autre avantage côté anglais : les chambres y sont généralement plus grandes que dans la capitale française.

giphy-2

Enfin, un dernier conseil : Londres peut parfois paraître tentaculaire. Prenez bien garde à trouver un logement près d’une station de métro pour profiter au mieux de cette ville magique !

Pour aller plus loin

Priscillia M

Discussion1 Comment

Leave A Reply